Lexique







                                                                 A
  • Abaissé : On dit, en parlant de l'aigle ou des oiseaux, un vol abaissé, quand le bout des ailes se dirige vers la pointe de l'écu, au lieu d'être levé vers le chef
  • Abîme : Ce terme désigne le centre ou le coeur de l'écu. Une pièce est dite posée en abîme quand elle occupe le centre de l'écu.
  • Abouté : Les pièces ou meubles aboutés se touchent par leur extrémités du haut et du bas.
  • Accolé : Les pièces ou meubles accolés se touchent par les cotés. On applique aussi ce terme à deux écus qui se touchent, comme par exemple ceux de deux époux.
  • Accompagné : S'applique à la pièce principale lorsqu'elle est accompagnée d'autres pièces secondaires. Un chevron accompagné de trois trèfles.
  • Accorné : Indique l'émail des cornes des animaux, lorsqu'il est différent de celui de leur corps. Une chèvre de sable accornée d'or.
  • Accosté : Se dit des pièces ou meubles placés entre deux ou plusieurs autres pièces secondaires.Une épée accostée de deux clefs.
  • Adextré : Se dit des meubles ou des pièces qui sont accompagnés à leur droite d'un ou de plusieurs autres meubles ou pièces.
  • Adossé : Se dit de deux animaux ou de deux objets qui se tournent le dos. Deux lions adossés ; deux doloires adossées.
  • Affronté : Se dit de deux animaux ou de deux objets qui se regardent.
  • Agneau : L'agneau est dit pascal ou triomphant, quand il tient une bannière, ordinairement d'argent à une croix de gueules.
  • Aigle : En héraldique, ce mot est féminin. On la représente à une ou deux têtes ; dans le second cas, on la dit éployée.
  • Aiglette : On désigne par ce nom les aigles héraldiques quand il y en a plusieurs dans le même écu, ce qui force à diminuer leur taille.
  • Alaisé, alésé, alezé : Se dit de toute pièce dont les extrémités ne touchent pas les bords de l'écu.
  • Alérion : Petite aigle, sans bec ni pattes, posée debout, en pal, ailes ouvertes, mais abaissées vers la pointe de l'écu.
  • Allumé : S'emploie pour désigner les yeux des animaux quand ils sont d'un autre émail que leur corps. Il s'applique aussi au bûchers, aux tisons, aux flambaux, pour marquer qu'ils sont ardents.
  • Ancré : Pièce dont les extrémités se terminent en forme de double crochet, comme une ancre de navire.
  • Annelet : Petit anneau plat et de largeur égale dans toute sa circonférence.
  • Appointé : Les pièces ou meubles appointés se touchent par leurs pointes.
  • Argent : L'un des deux métaux usités en armoirie. En gravure, on l'indique par une surface unie, sans hachures.
  • Armé : Se dit du lion, de l'aigle, etc., quand leurs griffes ou leurs serres sont d'un émail différent de celui de leur corps. Un lion de sable armé d'or.
  • Arraché : Se dit des arbres dont on voit les racines et des têtes d'animaux qui ne sont pas coupées net, mais semblent avoir été arrachées avec violence.
  • Azur : La couleur bleue. En gravure, on l'indique par des traits horizontaux.

                                                                            B     
  • Bande, bandé, en bande : La bande, pièce honorable de l'écu, se pose en diagonale de l'angle dextre supérieur à l'angle senestre inférieur. Quand un écu est couvert de 4, 6 ou 8 bandes, alternativement de métal ou de couleur, on dit que cet écu est bandé de 4, 6 ou 8 pièces. Quand une pièce quelconque est plaçée suivant la même diagonale que la bande, on la dit posée en bande.
  • Barbé : Désigne l'émail de la barbe des coqs, des boucs, des dauphins, etc. Un coq de sable barbé de gueules.
  • Barre : Pièce honorable posée en diagonale de l'angle senestre supérieur de l'écu à l'angle dextre inférieur. Quand une pièce quelconque est placée suivant la même diagonale que la barre, on la dit posée en barre.
  • Baton : Sorte de bande ou de barre n'ayant que le tiers de la largeur ordinaire de la bande ou de la barre.
  • Becqué : Se dit de l'aigle et des oiseaux, quand leur bec est d'un autre émail que leur corps.
  • Besant : Figure ronde et pleine, représentant une monnaie d'or ou d'argent.
  • Billettes : Petits rectangles posés verticalement dans le sens de leur plus grande longueur. Quand elles sont posées horizontalement, les billettes sont ditescouchées.
  • Bordure : Pièce en forme de ceinture qui entoure l'écu à l'intérieur ; elle a généralement un sixième de la largeur totale.
  • Boutonné : Désigne le centre, le coeur ou le bouton d'une fleur. Une rose d'argent boutonnée de gueules.
  • Brétessé : Se dit des fasces, croix, pals, sautoirs, etc., qui sont crénelés sur toute leurs fasces, les créneaux des deux cotés étant opposés l'un à l'autre. Quand un créneau de l'un des cotés est opposé l'espace vide de l'autre, la pièce est dite brétessée ou contre-brétessée.
  • Brisé : Ce mot s'applique dans son sens ordinaire aux objets rompus, lances, etc. Il désigne surtout les armoiries dans lesquelles on a du introduire une différence ou brisure pour les distinguer des armoiries du chef ou des diverses branches de la même famille. Les cadets brisaient d'un lambel, d'une bordure, d'un meuble quelconque. Les bâtards brisaient d'une barre ou d'un bâton en barre ; c'est la barre de bâtardise.
  • Brochant : Se dit de toutes pièces et meubles posés sur d'autres, ou passant sur d'autres, en les cachant en partie.
  • Buitronne : Sorte de nasse ou de filet.
  • Burelé : Ecu divisé horizontalement par un nombre pair de fasces diminuées, c'est à dire moins larges que les fasces ordinaires.

                                                                             C
  • Canette : Petite cane posée de profil, se distinguant de la merlette en ce qu'elle a bec et pattes, tandis que la merlette n'en a pas.
  • Canton, cantonné : Partie carrée qui occupe l'un des angles de l'écu ; ou encore les quatre espaces vides laissés sur le champ de l'écu par une croix ou un sautoir. Quand ces espaces sont chargés d'une ou de plusieurs pièces, la croix ou le sautoir sont dits cantonnés de ces pièces. Le franc-canton est celui du chef, à dextre ; il est un peu plus grand que le canton simple et, souvent, synonyme de franc-quartier.
  • Carnation : Couleur naturelle du corps humain ou de ses diverses parties ; en gravure, elle n'est indiquée par aucune hachure spéciale.
  • Champ : C'est la surface même ou le fond de l'écu. En blasonnant, on énonce en premier lieu l'émail du champ, puis les pièces et les meubles qui s'y trouvent. Pour éviter de répéter un émail semblable à celui de l'écu, on dit : du champ.
  • Champagne : Partie inférieure de l'écu séparée par un trait horizontal.
  • Chargé : Se dit de toute pièce ou division de l'écu sur laquelle une ou plusieurs autres pièces sont posées.
  • Chef : Partie supérieure de l'écu, séparée du champ par une ligne horizontale. Une pièce est dite posée en chef quand elle occupe cette partie.
  • Chevron : Meuble composé de deux pièces assemblées en forme de compas ouvert, partant du milieu du chef sans toucher le sommet, et descendant aux cotés dextre et senestre de l'écu.
  • Chevronné : Se dit d'un écu ou d'une pièce entiérement couverts de chevrons en nombre pair.
  • Clabaud : Epithète du chien dont les oreilles ne sont pas dressées.
  • Claire-voie : Voir Fretté.
  • Cloche : Outre son acceptation ordinaire, ce mot s'applique aux pièces d'argent qui composent, sur un fond d'azur, la fourrure de vair, et qui affectent assez bien la forme d'une cloche de jardin renversée.
  • Coeur : Synonyme d'abîme.
  • Colleté : S'applique aux chiens et autres animaux qui portent un collier d'un autre émail que celui de leur corps.
  • Componé : Une pièce formée par deux lignes parallèles est dite componée quand elle est partagée en tranches alternativement de métal et de couleur.
  • Contourné : Se dit des animaux et autres meubles, qui, au lieu de regarder la dextre de l'écu, comme c'est l'usage, sont tournés vers la senestre.
  • Contre-brétessé : Voir Brétessé.
  • Contre-écartelé : Voir écartelé.
  • Contre-fascé : Voir fasce.
  • Contre-fleuronné : Voir Fleuronné.
  • Coquille : Coquille de mer, ou coquille Saint-Jacques, montrant sa face extérieure.
  • Cor : Le cor de chasse se distingue du huchet par son lien ou son attache, qui manque au huchet. On dit enguiché pour désigner l'embouchure, virolé pour désigner le pavillon, et lié pour désigner les liens qiand ils sont d'un autre émail que le cor lui-même.
  • Cornet : Cor de chasse sans lien ; ordinairement synonyme de huchet.
  • Cotice : Sorte de bande qui a seulement la moitié ou le tiers de la largeur ordinaire de la bande. Il y a aussi des cotices en barre.
  • Cotoyé : S'applique à toute pièce longue quand elle est accompagnée, des deux cotés, d'autres pièces ou meubles rangés dans la même direction.
  • Cotterel : Sorte de fer de lance émoussé (voir développement ici sub 6).
  • Couché : S'applique au dauphin lorsque sa tête et sa queue sont tournées vers le bord inférieur de l'écu. Se dit aussi des billettes et de quelques autres objets qui, au lieu d'être posés verticalement selon l'usage, sont placés horizontalement.
  • Couleurs : Les couleurs héraldiques sont le gueules, l'azur, le sinople, le sable, le pourpre et l'orangé. Voir ces mots et les mots : Carnation et naturel.
  • Coupé : Se dit de l'écu divisé en deux parties égales par une ligne horizontale.
  • Coupeau : Nom donné aux sommets d'un mont, d'une colline, d'un rocher. Une montagne à trois coupeaux.
  • Cousu : Ce terme s'emploie pour indiquer qu'une pièce héraldique est de métal sur un champ de métal, ou de couleur sur un champ de couleur, ce qui, en principe, est contraire aux règles du blason.
  • Crénelé : Surmonté de créneaux. Une fasce crénelée.
  • Créquier : Arbre héraldique, sorte de prunier sauvage stylisé, affectant une certaine ressemblance avec un chandelier à sept branches.
  • Creté : S'emploie pour les coqs ou les dauphins quand leur crête est d'un autre émail que leur corps.
  • Criné : S'emploie pour les animaux dont la crinière est d'un autre émail que le corps.
  • Croisette, croisetté :Petite croix. Croisetté s'applique aux extrémités d'un meuble qui se terminent en forme de petites croix.
  • Croissant : Le croissant a ordinairement ses pointes tournées vers le chef de l'écu ; c'est le croissant montant. Dans les cas contraires, on le dit versé, si ses pointes sont tournées vers la base ; tourné, si elles regardent la dextre de l'écu ; contourné, si elles regardent la senestre.
  • Croix : La croix ordinaire est formée par une fasce et un pal réunis. On trouvera encore, dans l'armorial, les espèces suivantes : la croix ancrée, dont les quatre extrémités se terminent en crochets comme les ancres des navires ; la croix de calvaire, croix latine haussée de trois degrés ; la croix fichée dont le pied se termine en pointe effilée ; la croix pattée, élargie aux quatre extrémités ; la croix pommetée, dont chaque bras se termine par une boule ; la croix potencée, dont les bras se terminent par des potences ; la croix recroisettée, dont les branches forment elles-mêmes des croix.

                                                                             D
  • Décours : La lune est dite en décours quand son disque est représenté décroissant.
  • Défaillant : Désigne un objet héraldique auquel il manque la moitié dextre ou la moitié senestre. Il est dit défaillant du coté où la moitié a été enlevée.
  • Défendu : S'applique au sanglier quand ses dents ou défenses sont d'un autre émail que son corps.
  • De l'un à l'autre : Cette expression désigne les figures identiques, placées dans les différentes partitions de l'écu et dont les émaux sont alternés.
  • De l'un en l'autre : Se dit des figures placées dans un écu parti ou coupé et qui prennent dans chacune des partitions le métal ou la couleur de l'autre partition.
  • De même : Voir Même.
  • Denché : Désigne les pièces héraldiques ou les partitions de l'écu, lorsque leurs lignes sont à angles saillants et rentrants.
  • Dentelé : Semblable au denché, mais avec des angles plus nombreux et plus petits, ressemblant aux dents d'une scie.
  • Deux et un : Deux et un, ou deux en chef et un en pointe, est la disposition ordinaire affectée aux trois pièces semblables qui garnissent un écu. De gueules à trois étoiles d'or. Il est d'usage de ne pas énoncer cette disposition qui est de règle ordinaire. Si les trois pièces n'étaient pas ainsi placées, il faudrait indiquer cette exception.
  • Dextre : Coté droit de l'écu, se trouvant par conséquent à la gauche du spectateur.
  • Dextrochère : Bras qui sort du coté dextre de l'écu et se dirige vers le coté senestre.
  • Diminué : Se dit de toute pièce héraldique dont la largeur est amoindrie.
  • Divise : Petite fasce rétrécie, posée ordinairement en chef de l'écu.
  • Doloire : Sorte de hache à manche très court.
  • Donjonné : S'applique aux tours, châteaux, etc., surmontés de tourelles.
  • Dragon : Animal héraldique, ayant la tête du crocodile, la langue terminée en dard, les pieds de l'aigle, les ailes de la chauve-souris, le corps et la queue d'un serpent, mais tournée en volute et le bout relevé.
  • Du champ : Expression pour éviter de répéter un émail semblable à celui du champ de l'écu.
  • Du même : Voir même.

                                                                             E

  • Ecartelé : Ecu divisé en quatre quartiers égaux par un trait horizontal et par un trait vertical. Le 1er quartier est en chef à dextre, le 2nd en chef à senestre ; le 3ème en pointe à dextre, au dessous du premier ; le 4ème en pointe à senestre, au dessous du second. Quand, dans un écu écartelé, un ou plusieurs quartiers sont eux-mêmes écartelés, on se sert de l'expression contre-écartelé, et l'on se sert des lettre a, b, c, d pour désigner les nouveaux quartiers.
  • Echiqueté : Divisé en forme d'échiquier.
  • Ecoté : Se dit des pièces qui ressemblent à des troncs d'arbre dont les branches sont coupées.
  • Emanché : Désigne une figure formée de plusieurs triangles longs et effilés, réunis par leur base et semblant sortir de la pointe ou des flancs de l'écu. L'émanché est en pal, en fasce, en bande ou en barre, et s'énonce : parti-émanché, coupé-émanché, tranché-émanché, et taillé-émanché.
  • Emaux : Nom collectif comprenant les deux émaux, les six couleurs et les deux fourrures, qu'on emploie en armoiries.Les métaux sont l'or et l'argent ; les couleurs sont le gueules, l'azur, le sinople, le sable, le pourpre et l'orangé ; les fourrures sont l'hermine et le vair. Voir ces mots.
  • Empenné : Désigne les plumes qui garnissent un javelot ou une flèche, lorsqu'elles sont d'un émail différent.
  • Endenté : Synonyme de dentelé.
  • Englanté : S'applique au chêne quand il est chargé de glands.
  • Engoulé : Se dit d'une pièce héraldique dont l'extrémité disparaît dans la gueule d'un animal qui semble l'avaler.
  • Engrelé : Désigne les pièces bordées de petites dentelures dont les cotés s'arrondissent légèrement.
  • Enguiché : Désigne les cors de chasse ou les huchets dont l'embouchure est d'un émail différent de celui de l'instrument.
  • Enquerre (à) : On employait ce terme pour désigner les armoiries dites fausses, c'est à dire celles qui violaient les règles élémentaires du blason, en plaçant métal sur métal ou couleur sur couleur. "On s'imaginait que ces armes étaient composées expressément dans le but de forcer le spectateur à s'enquérir de la cause d'une telle infraction aux règles. Il n'en était rien ; le nombre très considérable des armoiries qui se trouvent dans ce cas exclut toute supposition de ce genre ; d'ordinaire ces armes, si leur composition n'était pas la conséquence d'une ignorance complète de la science des armoiries, étaient devenues fausses par l'effet du temps, qui avait terni l'or ou l'argent, et les peintres propageaient l'erreur." (Rietstap, Armorial général, p. XXI) Quoi qu'il en soit, le terme est resté pour désigner ce genre d'armoiries.
  • Epanoui : S'applique aux fleurs, et spécialement aux fleurs de lis, ornées de fleurons et de boutons entre leurs branches.
  • Eployée : Se dit de l'aigle dont les ailes sont étendues, et plus spécialement de l'aigle à deux têtes.
  • Escarboucle : C'était, sans doute, à l'origine, une garniture de fer à plusieurs branches servant à renforcer le bouclier. L'escarboucle devint ensuite un symbole héraldique, sorte de pierre précieuse sphérique ou quadrilobée, projettant huit rais ou rayons, en forme de bâtons fleurdelisés, posés en croix et en sautoir.
  • Essorant : Se dit des oiseaux qui semblent prendre leur vol.

                                                                             F

  • Fasce, en fasce, fascé, contre-fascé : La fasce est une pièce honorable occupant horizontalement le tiers central de l'écu, et séparant le chef de la pointe. Quand il y a deux ou plusieurs fasces, chacune d'elle diminue de hauteur en proportion de leur nombre. Les diverses pièces sont dites posées en fasce, quand elles occupent la place réservée à la fasce, ou quand elles sont placées horizontalement à coté l'une de l'autre. Un écu ou une pièce sont fascées, quand ils sont divisés par fasces en nombre pair. Contre-fascé se dit de l'écu parti et fascé d'émaux opposés dans chaque division du parti.
  • Fermail, fermaux : Sorte de boucles de ceintures, rondes, ovales, carrées ou en losange.
  • Feuillé : S'applique aux plantes, dont les feuilles sont d'un émail différent ; ou aux fleurs et fruits, pour indiquer qu'ils portent des feuilles.
  • Fiché : Se dit de certaines pièces, surtout des croix, dont le pied est aiguisé ou effilé.
  • Flanchis : Petit sautoir alaisé.
  • Flancs : Coté dextre et coté senestre de l'écu.
  • Fleurdelisé : S'applique aux pièces dont les extrémités se terminent en fleur de lis. Voir Fleuronné.
  • Fleuronné : S'applique aux croix, aux sceptres, etc., dont les extrémités affectent la forme d'un fleuron ou d'une fleur de lis. S'applique aussi aux fasces et aux trêcheurs ornés de fleurs ; le trêcheur est contre-fleuronné quand ces fleurs sont alternativement debout et renversées, garnissant les cotés extérieurs et intérieurs du trêcheur.
  • Foi : On appelle foi deux mains qui s'étreignent en signe d'alliance et de fidélité.
  • Fourché : Se dit de la queue du lion ou d'autres animaux quand elle est double, ou fendue en deux bouts.
  • Fourrures : Les fourrures héraldiques sont l'hermine et le vair ; la contre-hermine et contre-vair. Voir ces mots.
  • Franc-canton : Voir canton.
  • Franc-quartier : Voir quartier.
  • Fretté : Il se compose de trois bandes et de trois barres enchevettrées en fore de trillis et laissant entre elles des espaces vides nommés claires-voies.
  • Fruité : S'applique aux arbres quand ils sont chargés de fruits.
  • Fusée, fuselé : La fusée est une losange alongée et effilée ; on dit d'un écu ou d'une pièce héraldique qu'ils sont fuselés quand ils sont entièrement couverts defusées entre lesquelles il ne reste pas d'espace.

                                                                            G
  • Gardée, garnie : Désigne l'épée dont la poignée ou garde est d'un émail différent de celui de la lame.
  • Gironné : Ecu divisé en un nombre pair de parties triangulaires, dont la pointe est au centre et la base aux bords de l'écu.
  • Grimpant : On emploie souvent ce terme au lieu du mot rampant, quand il s'agit d'un animal gravissant un lieu escarpé.
  • Gueules : La couleur rouge. Elle est figurée en gravure par des traits verticaux.
  • Guivre : Nom donné au serpent représenté engloutissant un enfant.

                                                                              H   
  • Hachures : Traits de convention employés pour représenter en gravure les couleurs et les métaux du blason. Azur, traits horizontaux ; gueules, traits verticaux ; sinople, traits obliques de dextre à senestre ; pourpre, traits obliques de senestre à dextre ; sable, traits verticaux et horizontaux croisés en quadrillé ; orangé, traits obliques de dextre à senestre et de senestre à dextre entrecroisés en forme de losange. L'or est figuré par un pointillé ; l'argent n'a pas de signes.
  • Hamaide : Originairement, c'était une herse sarrazine ; mais la forme en a été dénaturée et on la représente par trois fasces alaisées ressemblant à des poutres horizontales plaçées l'une au dessus de l'autre. La hamaide est proprement la réunion de ces trois fasces, cependant l'usage s'est introduit d'attribuer également ce nom à une seule fasce, et de dire : d'or à une hamaide de gueules. Pour éviter toute confusion, il paraît donc plus rationnel de dire : d'or à trois hamaides de gueules.
  • Haussé : Ce qualificatif s'applique à la croix dont la traverse est placée plus haut que dans la croix ordinaire ; c'est à peu près la croix de calvaire, sans le perron ou les marches. On se sert aussi de ce mot pour désigner les pièces, chevrons, fasces, etc., quand ils sont placés dans l'écu plus haut que ne le veut leur position ordinaire.
  • Haute : S'applique à l'épée posée en pal dans l'écu, et la pointe tournée vers le chef ; se dit aussi de la croix dont la traverse ou le croisillon est placé très haut.
  • Hermine : Fourrure héraldique qu'on figure par un champ d'argent semé de mouchetures de sable en forme de petites croix aux branches arrondies et dont le pied se termine par trois pointes s'élargisant par la base. On appelle contre-hermine la fourrure de même forme, mais dont les mouchetures sont d'argent sur champ de sable.
  • Huchet : Cor de chasse sans attache, non lié.
  • Hure : Ce terme désigne spécialement la tête du sanglier ou du dauphin.

                                                                             I
  • Issant : Se dit des animaux dont on ne voit que le haut du corps et qui semblent sortir de quelque autre pièce de l'écu.

                                                                              J
  • Jumelles : Ce sont des fasces très rétrécies toujours employées deux par deux.

                                                                              L

  • Lambel : Pièce composée d'une traverse horizontale, appelée fil, à laquelle sont suspendues des pièces triangulaires, nommées pendants, en nombre indéterminé, mais ordinairement de trois.
  • Lampassé : Se dit des animaux carnassiers qui laissent passer la langue d'un émail différent de celui du corps.
  • Langué : Désigne les oiseaux et les animaux domestiques dont la langue est d'un émail différent de celui du corps.
  • Léopardé : Léopard lionné ou lion léopardé se dit d'un lion rampant qui a la tête posée de front, montrant les deux yeux et les deux oreilles.
  • Licorne : Animal chimérique, ayant la forme du cheval, avec une longue corne sur le front, une barbe de bouc et les sabots fourchus.
  • Lié : S'applique à tout objet entouré ou suspendu par un ruban ou autre lien.
  • Losange : Quadrilatère à quatre cotés égaux, mais dont les angles ne sont pas des angles droits. En héraldique le mot losange est féminin.

                                                                             M
  • Macle : C'est une losange percée et vidée en forme de losange laissant voir le champ.
  • Mantelé : Division de l'écu dont le bas du champ est occupé par une sorte de chape en forme de triangle.
  • Massacre : C'est le crâne du cerf ou du boeuf représenté de face et sommé de sa ramure ou de ses cornes.
  • Membré : Se dit de l'animal dont les pattes et les griffes sont d'un émail différent de celui du corps.
  • Même (du ou de) : Expression employée pour éviter de répéter l'émail qu'on vient d'énoncer. Au lieu de dire : au chevron d'or accompagné d'une étoile d'or, on dit : d'une étoile du même.
  • Merlettes : Petit oiseau sans bec ni pattes.
  • Métaux : Les métaux héraldiques sont l'argent et l'or. Voir ces mots.
  • Meubles : Nom donné aux objets de toute sorte qui apparaissent dans l'écu.
  • Molette : C'est la roue de l'éperon, en forme d'étoile percée d'un trou au centre.
  • Morné : S'applique aux animaux représentés sans dents, sans ongles et sans queue.
  • Moucheture : Nom des petites queues dont le champ de l'écu est parsemé pour la représentation de l'hermine.
  • Mouvant : Se dit des objets qui semblent sortir d'une autre pièce ou d'un des bords de l'écu.

                                                                              N
  • Naissant : Se dit des animaux qui ne montrent que la partie supérieure du corps.
  • Naturel : On dit d'une pièce héraldique, animal ou objet quelconque, qu'elle est au naturel, quand elle est représentée avec ses couleurs propres ; elle peut alors se placer indifféremment sur métal ou sur couleurs.
  • Nourri : Se dit des fleurs de lis sans queue, dont le pied paraît coupé. On dit indiféremment nourri ou coupé.

                                                                              O
  • Ombre : Ce terme désigne un poisson d'eau douce. Il s'emploie aussi dans cette acceptation : ombre de lion, et signifie que l'animal est tracé et peint de manière si transparente, que les meubles de l'écu, sur lesquels il est brochant, restent visibles dans leurs émaux et leurs contours.
  • Ondé : S'applique aux fasces, pals, etc., qui présentent des lignes arrondies et sinueuses comme l'onde d'une rivière.
  • Onglé : S'applique aux animaux dont les ongles ont d'un émail différent de celui du corps. Quand il s'agit de carnassiers, on utilise le mot armé.
  • Or : L'un des deux métaux héraldiques. E, gravure, on l'indique par un pointillé.
  • Orangé : L'une des couleurs du blason, la plus rarement employée. Voir hachures.
  • Orle : Bordure intérieure de l'écu, dont elle ne touche pas les bords. Les pièces sont dites posées en orle, quand elles sont rangées dans la direction spéciale à cette bordure.
  • Ouvert : Désigne les tours ou châteaux dont l'ouverture de la porte est d'un autre émail que l'édifice lui-même. On emploie aussi ce terme pour certains fruits, par exemple, les grenades, lorsque leur fente perpendiculaire est d'un autre émail que le fruit.

                                                                              P
  • Pairle : Sorte de pal, mouvant de la pointe de l'écu et se partageant vers le milieu en deux branches égales qui aboutissent aux angles du chef.
  • Pal, en pal, palé : Pièce occupant verticalement le tiers central de l'écu et séparant le flanc dextre du flanc senestre. Quand il y a deux ou plusieurs pals, chacun d'eux diminue de largeur en proportion du nombre. Les pièces diverses sont dites posées en pal, quand elles occupent la partie réservée au pal, ou quand elles sont placées verticalement l'une au dessus de l'autre. Un écu est palé quand il est entièrement composé de pals en nombre pair et alternativement de métal et de couleur.
  • Pamé : Désigne le dauphin et les poissons qui ont la gueule ouverte et semblent expirer.
  • Panneton : C'est la partie d'une clef qui entre dans la serrure.
  • Papelonné : Synonyme de plumeté.
  • Parti : Ecu divisé en deux parties égales par une ligne perpendiculaire.
  • Parti-émanché : Emanché en pal. Voir émanché.
  • Partitions : On nomme ainsi les divisions de l'écu faites au moyen de traits de directions diverses.
  • Passant : S'applique aux animaux marchant, qu'on représente levant une patte de devant et une patte de derrière.
  • Pattée : Voir Croix.
  • Pavilloné : Désigne une tour couverte d'un toit pointu, portant une girouette ou un petit étendard ; désigne aussi le cor de chasse, le cornet ou le huchet, lorsque leur pavillon ou grande ouverture est d'un émail différent du reste de l'instrument.
  • Pendants : Pièces pendantes du Lambel. Voir lambel.
  • Percé : Se dit des objets percés ou évidés à jour quand le vide est d'un autre émail que l'objet lui-même.
  • Perroné : Désigne la croix latine ou croix de calvaire posée sur un perron d'un ou plusieurs marches ; s'applique également sur tout autre pièce posée sur un perron.
  • Pièces héraldiques : Ce sont toutes les figures formées au moyen de lignes, pal, fasce, bande, chevron, etc.
  • Pied fiché : S'applique aux croix ou autres objets dont le pied est aiguisé ou en pointe.
  • Pied nourri : S'applique à la fleur de lis représentée dans sa partie inférieure ou pied. On dit aussi pied coupé ou pied perdu.
  • Plain, plein : Le champ couvert d'un seul émail et d'aucun autre.
  • Plumeté : Ecu entièrement couvert de bouts de plumes ou de feuilles rangées les unes à coté des autres et alternativement de métal et de couleur.
  • Pointe : Partie inférieure de l'écu.Les pièces qui y sont placées sont dites posées en pointe.
  • Pommeté : Se dit des objets garnis de boules à leurs angles saillants. Voir croix.
  • Potencé : Désigne les figures dont les extrémités se terminent en potence, ou en forme de T.
  • Pourpre : L'une des couleurs usitées en héraldique. Voir hachures.

                                                                             Q

  • Quartiers : Ce sont les parties de l'écu produites par un trait vertical et un trait horizontal. Voir Ecartelé. L'écu se divise en quatre quartiers ; mais on peut aussi augmenter ce nombre par un second trait vertical, ou un second trait horizontal, ou par plusieurs traits verticaux ou horizontaux. Le franc-quartier est le premier quartier, en chef, à dextre.

                                                                              R
  • Rais : Désigne les pointes des étoiles et les rayons de l'escarboucle.
  • Rampant : Se dit des animaux dressés sur les pattes de derrière ; c'est la position ordinaire du lion.
  • Rangé : On dit des objets héraldiques qu'ils sont rangés en chef, en fasce, en bande, etc., quand ils sont disposés dans la direction propre à ces différentes figures.
  • Ravissant : Désigne le loup ou le renard dans l'attitude du lion rampant.
  • Recercelé : Muni de crochets se retournant sur eux-mêmes.
  • Recroisettée : Voir Croix.
  • Rencontre : S'applique aux têtes d'animaux posées de front.
  • Retrait : On dit qu'un pal, une bande, une barre, sont retraits, lorsqu'ils ne touchent qu'un bord de l'écu et s'arrêtent à peu de distance de leur point de départ.Retrait en chef ou retrait en pointe.

                                                                              S
  • Sable : La couleur noire. En gravure, on l'indique par des traits verticaux et horizontaux croisés en quadrillé.
  • Sautoir : Réunion de la bande et de la barre ; on l'appelle aussi croix de Saint-André. Les pièces sont dites posées en sautoir quand elles sont rangées dans la direction propre au sautoir, ou lorsqu'elles sont placées l'une sur l'autre de manière à former un sautoir.
  • Semé : Se dit d'un champ ou d'une pièce chargés d'un nombre illimité de figures identiques dont quelques-unes, représentées à demi, semblent sortir des bords de l'écu. Semé de France ou d'azur semé de fleurs de lis d'or sont synonymes.
  • Senestre : Coté gauche de l'écu, conséquemment à la droite du spectateur.
  • Senestré : Se dit des figures qui sont accompagnées d'une ou plusieurs autres à leur coté senestre.
  • Senestrochère : Bras sortant du coté senestre de l'écu, et se dirigeant vers la dextre.
  • Sinople : La couleur verte. En gravure, on l'indique par des traits diagonaux, de dextre à senestre, dans le sens de la bande.
  • Sommé : Se dit d'une pièce héraldique qui en supporte une autre.
  • Soutenu : Désigne une pièce supportée par une autre.
  • Sur le tout : Voir Tout.

                                                                             T                                                                        
  • Taillé : Ecu divisé au moyen d'une ligne diagonale menée du chef à senestre jusqu'à la pointe à dextre.
  • Tau : Meuble héraldique en forme de T, appelé aussi taf et croix ou potence de Saint-Antoine.
  • Terrassé : Désigne un arbre ou une plante posé sur une terrasse et dont le pied est entourré de terre.
  • Tiercé : C'est l'écu divisé en trois parties égales, en fasce, en bande, en pal, etc.
  • Tiercefeuille : Fleur à trois feuilles pointues, sans tige ni queue.
  • Tierces : Fasces rétrécies, employées toujours trois par trois.
  • Tigée : S'emploie pour désigner la plante ou la fleur dont la tige est d'un émail différent de celui de la plante.
  • Tirés : Indique les traits ou rangées du vair, de l'échiqueté, etc.
  • Tortillé : Se dit des têtes qui portent un tortil, sorte de bourrelet ou même simple ruban noué à la nuque.
  • Tourteaux : Petits disques de couleur posés sur un champ de métal. On emploie aussi les tourteaux-besants qui sont de petits disques composés d'un métal et d'une couleur qui les partagent en deux parties.
  • Tout (sur le) : Se dit d'un écusson posé au point d'intersection d'un écu écartelé ; ou bien d'une pièce quelconque brochant ou posée sur toutes les autres pièces énoncées précédemment et les cachant en partie.
  • Traits : Synonyme de tirés.
  • Tranché : Ecu divisé au moyen d'une ligne diagonale menée du chef à dextre jusqu'à la pointe à senestre.
  • Trécheur : Sorte d'orle rétréci, ordinairement double et fleuronné.
  • Triomphant : L'agneau est dit triomphant ou agneau pascal, ou agnus dei, quand il tient une bannière.

                                                                             U
  • Un à l'autre (de l') : Voir De l'un à l'autre.
  • Un en l'autre (de l') : Voir De l'un en l'autre.
  • Un sur l'autre (l') : Désigne les animaux ou les objets inanimés posés l'un au dessus de l'autre.

                                                                             V
  • Vair, vairé : Fourrure usitée en armoiries ; elle est pommelée d'argent ou de blanc et d'azur ou de bleu. Chacune des parties d'argent affecte assez bien la forme d'une cloche de jardin renversée, posée, ou plutôt cousue sur fond d'azur. On emploie le mot vairé lorsque le vair est composé d'autres émaux que l'argent et l'azur.
  • Vidé : Se dit des pièces héraldiques dont on a enlevé l'intérieur, ne laissant que de minces bords, et au travers desquelles on aperçoit le champ de l'écu.
  • Virolé : S'applique aux cors de chasse et aux huchets quand l'émail de leur pavillon, de leur boucles et de leurs anneaux, est différent de celui de l'instrument.
  • Vivré : Ce terme s'applique aux lignes ou aux pièces à angles rentrants et saillants.
  • Vol : Désigne les deux ailes d'un oiseau, dont les bouts sont tournés vers le chef de l'écu. Si ces bouts sont tournés vers la pointe de l'écu, on dit vol abaissé. Une seule aile s'appelle un demi-vol et peut être abaissée. Deux demi-vols qui se touchent par le dossier ou l'attache, sont dits demi-vols adossés ; dans le cas contraire ils sont affrontés

Comments